Financement de la Force conjointe du G5 Sahel : LE MINISTRE FRANCAIS DES ARMEES ANNONCE LA TENUE D’UNE CONFERENCE DES DONATEURS

Cette force aura en principe un effectif de 5 000 hommes. Son opérationnalisation nécessite un financement de 423 millions d’euros

Le président de la République et président en exercice du G5 Sahel, Ibrahim Boubacar Keïta, a reçu, hier en audience au palais de Koulouba, le ministre français des Armées, Florence Parly qui bouclait ainsi une tournée de trois jours au Sahel. Elle s’est rendue successivement au Tchad, au Niger et au Mali pour rencontrer les militaires français engagés dans l’opération Barkhane. Elle a effectué une partie de ce déplacement conjointement avec son homologue de l’Allemagne, Ursula von der Leyen.
«Nous avons pu, par un dialogue extrêmement constructif, faire un point d’étape par rapport aux discussions qui se sont tenues, le 02 juillet à Bamako, dans le cadre du sommet extraordinaire du G5 Sahel», a déclaré Florence Parly, à sa sortie d’audience. Elle était accompagnée du ministre de la Défense et des Anciens combattants, Tiènan Coulibaly.
Pour Mme Parly, l’entrevue avec le président de la République a essentiellement porté sur les progrès réalisés dans le cadre du G5 Sahel. «Nous avons pu vérifier ensemble que les engagements pris en termes de calendrier sont tenus, notamment la mise place d’un PC de commandement à Sévaré, qui devra être prêt pour la fin du mois d’août, et du commandement de la Force militaire conjointe des pays du G5 Sahel qui est assuré par le général Didié Dacko», a indiqué le ministre français des Armées, ajoutant que le général Dacko a, d’ailleurs, fait un état des lieux. «Nous avons pu vérifier que les discours ont été suivis par les faits et les actes», a déclaré Florence Parly.
Interrogée sur l’appréciation de la communauté internationale et de la France sur l’évolution de la situation dans le Nord du Mali, le ministre français des Armées a répondu : «Je pense que ce sont des accusations extrêmement mal venues. Parce qu’il est faux de dire que Barkhane n’intervient pas comme elle devrait. L’opération Barkhane est présente aux côtés des forces maliennes chaque fois que cela est nécessaire».
La force conjointe du G5 Sahel aura, en principe, un effectif de 5 000 hommes venant de la Mauritanie, du Tchad, du Mali, du Niger et du Burkina Faso. Son opérationnalisation nécessite un financement de 423 millions d’euros. Le ministre français des Armées a, parlant de la mobilisation de cette importante somme, indiqué que les travaux pour évaluer les besoins sont en cours.
Florence Parly a indiqué qu’un certain nombre de partenaires seront sollicités pour appuyer les efforts consentis par les Etats membres de cette organisation. «Nous avons, avec nos partenaires allemands, décidé d’appuyer cette tournée des contributeurs pour préparer la conférence des donateurs», a-t-elle dit.
Il faut rappeler que la Force conjointe du G5 Sahel a pour missions de lutter contre la criminalité transnationale organisée, le terrorisme, l’extrémisme violent, le changement climatique, et d’oeuvrer pour le développement économique et social des pays membres de l’organisation.

Cheick M. TRAORE

You are here: Home News Financement de la Force conjointe du G5 Sahel : LE MINISTRE FRANCAIS DES ARMEES ANNONCE LA TENUE D’UNE CONFERENCE DES DONATEURS